mardi 31 mars 2009

je suis timide mais je me soigne (enfin j'essaie)

L'heure est grave : demain, pour la première fois depuis des lustres (je compte plus les semaines ni les mois), j'ai un rencard - non un vrai de vrai, un tête à te et pas qu'avec ma tronche sur le miroir d'en face. Pour l'instant je n'y pense pas (trop) mais je ne n'en mène pas large pour autant (grande gueule l'intrépide mais quand il s'agit de passer aux choses sérieuses c'est autre chose pfff... et encore on est que mardi !). Et quand j'ai ma collègue mais néanmoins amie Bouclette en ligne, et qu'elle me demande "comment t'y vas ? "(ben en métro puis à pieds)... "meuh non, habillée comment" ? (ben à poil ! Avec des fringues quoi... j'sais pas, j'vais pas faire péter le tailleur non plus). "Ben et vous allez boire un coup où ?" Euh, un endroit où on peut un minimun se parler, ce serait mieux. Justement, parler... ça me stresse à l'avance. (j'ai enjolivé le dialogue qui était en vérité plus bref que ça). C'est un fait que je suis une grande (hum) bavarde mais y a des moments où je ferme mon clapet, je regarde mon verre ou mes lacets, au choix. Je bafouille et je me creuse les méninges pour trouver un sujet de conversation. Faut pas croire, en vrai je suis une timide qui ne s'ignore pas et qui a pas forcément totalement confiance en elle.

lundi 30 mars 2009

I kissed a girl (and I like it)*


* Merci Kathy Perry.
Bon les enfants, oui maintenant on se connait un peu mieux et je vais vous parler du pourquoi du comment. Oui parce que faut savoir qu'on se réveille pas un beau jour en se disant "ah finalement non, je préfère les filles". Commençons par le commencement si vous le voulez bien (et même si vous le voulez pas d'ailleurs).
Au commencement donc, je pensais être de l'essence ordinaire, un diesel, finalement je suis un sans plomb. Vous allez me dire "Qu'est ce qu'elle raconte l'intrépide ? Elle a pété une durite ? (pour rester dans le cadre "j'répare ta bagnole ; j'suis une mécanicienne hors pair !"). Nous disions donc : je pensais être quelqu'un de simplement hétéro avec options "je me marie, j'ai plein d'enfant, un lapin (non ça c'est bon), une grande maison, un grand jardin, je suis une femme entretenue (euh... non, ça me ressemble pas non plus)", bref la totale en technicholor, panavision version Hollywood Dolby Surround mis en scène par un Steven Spielberg en grande forme. Ben non, je suis plutôt "festival de Sundance ; petites routes de campagne" d'un autre Steven, Soderbergh cette fois ("Sexe Mensonges et Vidéo" pour ceux qui suivent). Mes certitudes ont vacillé une première fois (badaboum) sans que je n'y prisse garde. Comment faire autrement quand on a toujours cru en une chose toute sa vie et que, ben non, on s'est trompée ? (En même temps, j'avais les signes mais je ne voyais rien... faut dire que je suis myope - Mais c'est pas une raison allez vous me rétorquer, t'es pas finaude comme fille tout compte fait et là je vous réponds "je t'em... prie c'est plus poli).
Ça paie pas de mine ce genre d'histoires ; ça vous prend au moment ou vous vous y attendez moins ; vous vous dites : "meuh euh, keski m'arrive là ?" - ce "là" s'appelle tomber amoureux. Je ne vais pas en faire des tartines. Je ne vais pas m'étaler sur le fait que je faisais des trucs insensés qui ne me ressemblait pas. Et puis franchement, taire des sentiments pour quelqu'un qui n'est pas pour vous n'est pas une mince affaire. Avec le temps ça m'est passé. Erreur d'aiguillage. Bug informatique dans mes neurones (hé là haut, le cerveau, oui toi, quel circuit tu m'as encore grillé hein ?). Coup de coeur qui fait boum comme si la machine allait repartir mais allez, c'est une blague, poisson d'avril, on est pas là pour te faire "déconner". Allez, Intrépide, ouste retourne sur le "droit chemin". Tu t'es plantée de ligne de métro, c'est pas là que tu dois sortir.
Ça va, vous avez pigé le truc ?
N'empêche que...
N'empêche qu'il m'arrivait de plus en plus de me retourner sur certaines demoiselles.
Ma vie reprend pourtant son cours. Ma vie est un long fleuve tranquille.... enfin c'est ce que je crois.
Sauf que je n'avais pas prévu ce qui allait arriver.
Je l'appellerais ma fille-révélation. Cette expression n'est pas de moi mais je l'aime beaucoup car elle veut tout dire.
Je fréquentais à l'époque un forum - vous savez ce genre d'endroits où tout le monde coupe le cheveu en quatre sur les sujets les plus idiots qui soient (et dans cette manie de donner mon avis même quand on me le demande pas, j'me pose là). Y a des gens avec qui ça coince et vaut mieux les éviter même quand c'est un espace virtuel et d'autres avec qui vous vous sentez des affinités. J'étais la squatteuse, une insomniaque de service, qui tapait la discute à 2h du matin alors qu'elle devait se lever 6 heures plus tard (et m... ince c'est reparti pour parler de moi à la troisième personne).
Y en avait une en particulier qui m'avait tapé dans l'oeil (quel con aussi : pourquoi j'avais enlevé mes lunettes à ce moment !). J'appréciais ses réparties, très fines , avec un double sens digne des Monty Python (et quand on sait à quelle point j'aime les Monty Python..). Elles tombaient toujours à propos. J'admirais également son cerveau oui parce que je trouve sexy les gens qui savent se servir de leur cerveau (beurk quand on y pense l'image littérale est dégueulasse). Et un jour elle a rebondi sur un sujet que j'avais lancé. De fil en aiguille on a commencé à entretenir une longue correspondance mailesque, puis comme je devais me rendre sur Paris quelques jours, je lui ai proposé qu'on se rencontre pour boire un verre.
La soirée arrive et on parle de tout et de rien, tant et si bien que je décide de prendre le dernier train (ça c'est d'la rime riche madame !). Sauf que dans ma tête tournait, non pas un manège, mais un leitmotiv : "faut qu'j'l'embrasse". C'est au moment de prendre congé sur ce quai de gare que je lui ai donné mon premier baiser. Elle m'a avoué plus tard n'avoir rien vu venir (mais elle ne s'appelle pas Anne, comme ma soeur d'ailleurs qui ne s'appelle pas Anne non plus). Ce qui s'ensuivit, je le garde pour moi comme un souvenir très tendre et aussi cruel dans le sens où on ne peut obliger quelqu'un à vous aimer mais je ne lui en veux pas car elle m'a fait comprendre qui j'étais. Elle m'a fait faire des choses complètement dingues, très romantiques, et j'avais une tonne d'imagination pour la séduire, la faire sourire et lui plaire.
Après elle, j'ai accepté le fait que ce bug informatique n'en était pas un un définitive, que je l'étais déjà sans le savoir (myope j'vous dis - je vous raconterais peut être un jour les signes) et le comprendre à mon âge est plus facile en vérité car ma personnalité étant ce qu'elle est, bien affirmée, il m'est plus facile d'assumer ce que je suis. Et puis d'abord c'est quoi ce verbe idiot : "assumer" ? Nous sommes ce que nous sommes, ce que la vie a fait de nous. L'important c'est de savoir qu'on est capable d'aimer (j'ai failli écrire autre chose mais ça faisait trop "Pascal Obispo" - ouille). C'est tout ce qui doit compter. Quelqu'un a écrit : "moi aussi à la fin de ma vie, je pourrais dire que j'ai aimé et que j'ai été aimé". Je fais mienne cette citation.
Et pour terminer comme on a commencé, sur Kathy Perry, "I Kissed a girl and I liked it", c'est sans commune mesure que je préfère embrasser moi aussi les lèvres d'une demoiselle (tant qu'à faire j'aimerais que ce soit la même pour un bon bout de temps) et cela jusqu'à la fin de ma vie :).

samedi 28 mars 2009

La vie, c'est pas comme une boîte de chocolats....

Je t'aime...

Parce que je n'ai pas d'autre choix. Que tu as choisi entre plusieurs chromosomes les ingrédients qui allaient composer cet être qui est moi. Tu n'as pas lésiné sur certains, me donnant plus de matière qu'il n'en fallait et tu en as oublié d'autres, pensant que mon caractère ferait le reste. Mais tu ne savais pas ; tu ne te doutais pas. Tu ne doutais pas que la route serait des plus sinueuses ; que tu n'aimerais pas que j'emprunte une route droite où tout serait planifié. Tu t'es amusée... tu t'es amusée à me mettre des bâtons dans les roues... et ce n'est pas la première fois.

Mais aujourd'hui, aujourd'hui, je suis en colère, chienne de vie : jusqu'à quand dois-je encore plier, laisser passer l'orage en espérant que le soleil darde enfin ses rayons sur moi ? Jusqu'à quand dois-je faire fi de tous ceux qui me regardent et me jugent ; qui me prennent pour la salope que je ne suis pas, alors que de parole, je n'en ai qu'une ? Je veux bien attendre encore un peu. Je suis quelqu'un d'extrêmement patient. Mais le temps, le temps joue contre moi et des illusions, je n'en ai plus que celle de faire rire un enfant qui n'est pas à moi.

Je sais...

Je sais que je ne suis pas là plus à plaindre. Que d'autres vivent un enfer mais l'enfer c'est les autres. Je ne te demande juste qu'un peu, juste qu'un peu de répit.

Je te dis pouce. Pouce la vie. Aujourd'hui la coupe est pleine et j'en ai marre de n'en boire que la lie.

mercredi 25 mars 2009

Intrusion bloquesque, chapitre II.

Lorsqu'Intrépide a proposé à ses lecteurs de squatter s'inviter poliment sur son blog, j'ai tout de suite pensé : « Tiens, j'ai envie de le faire ». Mais, impossible de trouver un sujet potable dont je pourrais parler. Le vide intersidéral, nada! Alors je me suis un peu résignée, quand, ce matin, j'ai eu un éclair de génie (enfin, je m'envoie un peu trop des fleurs, là...). J'avais trouvé mon sujet, celui auquel je m'intéresse depuis peu mais qui me semble tout à fait naturel et qui s'est imposé à moi de la manière la plus douce qui soit. Trêve de suspens, je vais vous parler de... roulement de tambours... végétarisme!

Et là, vous vous dites, ça va être barbant. C'est à peu près les réactions que j'encaisse depuis que j'ai pris cette décision : « mais quelle mouche t'a piquée? », « c'est une lubie qui va te passer »... Effectivement, cette dernière peut sembler être un caprice, tant je l'ai prise rapidement. Il m'a suffit d'y réfléchir une journée pour comprendre que c'était la voie que je voulais prendre. Le commerce de la fourrure, les abattoirs, tout cela m'inspirait déjà beaucoup de dégoût. Mais j'ai franchi là le pas décisif vers « une nouvelle vie ». Tout cela me semble maintenant normal. Et je vais faire, pour ceux qui ne sont pas courant, la distinction entre végétarien et végétalien. Le premier (moi, en somme) ne mange plus de viande et de poisson. Le second, un peu plus « extrême », dirons-nous, abolit aussi tout ce qui vient des animaux : lait, oeufs, miel, etc. J'aurais un peu plus de mal à me faire à ce dernier mouvement, mais il paraît que tout cela se remplace aisément, alors...

Diverses raisons poussent au végétarisme : certains pour des raisons de santé (des études qui prouvent que la viande est mauvaise sur le long terme, par exemple), pour des raisons écologiques, ou, comme moi, pour défendre la cause animale. Et je pense qu'il y en a même d'autres encore. J'appréhende déjà la réaction de ma famille, même si je ne mangeais déjà pas beaucoup de viande. Je fête mon anniversaire dans deux semaines, ce qui signifie « repas de famille ». On verra bien comment cela se passera. Je n'ai pas envie de passer pour une bête de foire, mais je crois que, malheureusement, tous les végétariens sont confrontés à ce problème. Si tout cela vous intéresse, je vous conseille cet excellent forum qui m'aide et m'apprend beaucoup de choses! Je ne cherche pas à convaincre le reste du monde, mais un converti de plus, ce n'est pas de refus ;)

Une Fille de Vénus

Marine, je l'ai connu il y a environ 3 mois (j'ai la date de mon premier commentaire je peux le prouver ;-)). J'étais tombée (plaf) vraiment par hasard sur ses pages à elle et un article m'avait interpellé. Alors comme je suis polie et que je voulais faire part de mon expérience, j'ai mis mon premier commentaire, sans savoir qu'il serait suivi de plein d'autres (mais en même temps je suis quelqu'un de fidèle). C'est ainsi : parfois on lit un article qui nous plait et on y laisse ses mots et quelques fois, plus rares, on y reste dans cet univers qui nous plaît tant.

J'aime son style d'écriture, simple et élégant. Elle écrit peu mais elle écrit bien. Cette jeune personne pourrait être ma petite soeur (tout est relatif puisqu'en l'occurrence je suis plus petite qu'elle). J'ai parcouru son blog et j'ai lu quasiment tous les articles en revenant à la source.

La fille de Vénus ne pourrait qu'être qu'un simple connaissance virtuelle entre blogueurs si ce n'est...

Si ce n'est qu'on discute énormément hors caméras. Nous avons de véritables affinités amicales (et musicales puisqu'en plus elle aime Muse). J'ai beaucoup d'affection pour cette aixoise et je vous engage vivement à vous envoler avec elle jusqu'à Vénus.

mardi 24 mars 2009

En passant....

Dédicace pour Cécile qui a gagné en trouvant Pete Burns de Dead or Alive (dessin précédent), voici une photo de Pinpin 1er en mode "massage des noreilles". Ce lapin n'a subi aucun traumatisme dans le cadre de cette cascade périlleuse. Cécile, mon offre de billet à la demande tient toujours

Et dans la série "je blogue donc je suis", un petit coup de teasing, UN : demain sera posté le prochain billet de la rubrique "Le Blog dont vous êtes le Héros" mais chut, je ne vous en dis pas plus. Soyez-là demain à 13 h 10 tapantes. Je laisse le soin à la personne en question de répondre aux commentaires que vous laisserez.

dimanche 22 mars 2009

Ce jour là

Elle aurait dû le faire il y a longtemps, juste après lui à vrai dire mais elle n'avait jamais osé franchir le pas. La lourde porte ne lui inspirait pas confiance, et puis il fallait bien dire aussi qu'elle avait la peur chevillée au ventre mais voilà, il fallait qu'elle le fasse, pour elle bien sûr, mais aussi parce qu'elle était tombée amoureuse et qu'elle voulait être clean avec ça. Ne pas savoir est pire sans doute que de savoir qu'on l'a.

La première visite servait à connaître son passé afin de déterminer s'il y a avait un doute. Les questions étaient extrêmement précises et intimes. Heureusement, le docteur était une femme à la voix très douce et compréhensive. Parfois on tombe sur quelqu'un qui vous donne l'impression de vous juger mais dans ce cas de figure, la femme médecin se souciait vraiment de son patient. Elle lui expliqua longuement que sa démarche était responsable et nécessaire. L'angoisse de la patiente diminua sensiblement, alors elle lui raconta. Elle lui raconta que bien que cela faisait maintenant un an qu'ils étaient séparés, elle avait toujours eu des doutes à son sujet. Son infidélité chronique, maladive, lui avait été balancé sans ménagement un dimanche rayonnant (comme pour souligner l'ironie de la chose). Mais le pire avait été quand on lui avait dit qu'il avait également couché avec un garçon sans aucune protection. C'est ce qui avait déclenché son désir de savoir, mais aussi par respect pour la jeune femme dont elle s'était éprise des semaines de cela.

Le prélèvement accompli, on lui indiqua que le résultat tomberait sous trois jours. Tomberait était bien le mot, comme un couperet. Elle devenait un simple numéro, une anonyme parmi des millions d'autres, conservant son ticket précieusement. Ce ticket qui lui servirait peut être de passeport pour l'enfer.

Oui mais voilà, elle travaillait toute la semaine et les horaires du labo ne collaient pas avec les siens. Les trois jours s'étaient transformés en une semaine, soit une éternité. Une éternité à attendre, à se claquer la tête contre les murs en se traitant d'imbécile.

Le lundi, soit 5 jours après la piqûre, alors qu'elle était encore au travail, elle n'y tint plus. Tant pis. Tant pis si elle devait trois heures. Tant pis si elle devait partir maintenant. C'était sa vie après tout. Alors elle annonça d'une voix tendue qu'elle devait s'en aller sans préciser davantage la raison. Mais son visage était si blanc que son patron ne lui dit rien de plus que : "vas y".

L'angoisse du métro qui se bloque, puisque évidemment dans ce genre de circonstances tout vous freine et vous comptez les minutes avec angoisse. Allait-elle arriver avant la fermeture ? Son coeur battait à tout rompre à mesure que l'on s'approchait. Bientôt elle le saurait. Ses nerfs étaient un vaste champs de bataille où elle ne pouvait plus rien contrôler. Grimper comme une folle l'escalator quatre à quatre et courir le long des trottoirs en bousculant les gens, mais il fallait qu'elle arrive avant l'heure parce qu'elle ne pourrait pas supporter l'attente une journée de plus.

Pourtant, au moment d'ouvrir la porte, elle hésita un court instant. Et puis il fallait bien s'y résoudre. Elle inspira avant d'entrer.

Elle tenait le ticket d'une main crispée, attendant qu'on l'appelle. Elle était livide, ramassée sur elle-même. Puis ce fut son tour, enfin.

Le médecin la laissa seule quelques minutes, le temps de chercher les résultats. Jamais minutes ne parurent plus longues. Le verdict tomba enfin : "Vous êtes séronégative mademoiselle".

"Quoi ? Comment ?". C'était un choc. Elle se le fit répéter deux fois avant de le lire à son tour. C'était écrit noir sur blanc sur le papier. Le soulagement qu'elle ressentit à cet instant était indescriptible. Elle était tellement heureuse qu'elle se leva et qu'elle demanda la permission d'étreindre cette femme qui lui avait délivré la bonne nouvelle. "Bien sûr" acquiesça le médecin d'un sourire, ayant sans doute déjà assisté à ce genre de scène.

Quand elle sortit de là, le soleil brillait. Alors elle commença à pleurer sans pouvoir s'arrêter parmi des passants curieux, étonnés ou indifférents. Peu importe qu'on la dévisage, la vie était belle finalement, comme un film de Franck Capra. Sa vue se brouillait à mesure qu'elle marchait. "Je suis si contente ; je suis tellement contente; plus jamais ça" se répétait t'elle inlassablement en empruntant le chemin qui la ramènerait chez elle. Elle n'aurait pas à subir cette épreuve trois mois plus tard, lui avait assurée son médecin, puisque cela faisait un an qu'elle était seule et qu'elle n'avait aucune relation.

Ce soir là, elle se rendit chez son caviste et descendit les trois quarts de la bouteille de Merlot. Son ivresse n'était pas que dûe aux vapeurs de l'alcool. Ce soir-là elle se sentit vivante comme elle ne l'avait jamais été, un soulagement immense et aussi la conscience que la vie était trop précieuse et que même si l'on est amoureuse, cela ne doit pas rendre aveugle.

Cette histoire se termine ainsi. Cette fille qui marche dans les rues en pleurant de bonheur, c'est moi il y a trois ans. Ce texte m'a été inspiré par ce j'ai vécu ce jour là et par les courts métrages que j'ai regardé hier soir sur Pink TV dans le cadre du sidaction. Vous faire partager ce bout de vie m'est à la fois très difficile mais nécessaire. Il fallait que je l'écrive. J'ai eu de la chance. J'ai eu beaucoup de chance et j'en suis parfaitement consciente.

vendredi 20 mars 2009

Et parfois je dessine 2 (Ze return)

Anonyme (on est rendus puisque je ne sais toujours pas qui est la demoiselle !) ayant gagné lors de précédente session de "qui trouvera de qui il s'agit ?" mais, ayant décliné les 5 carambars (ou malabars), ceux-ci sont remis en jeu. Pour la petite histoire, ce dessin a longtemps orné une pochette du temps où j'étais lycéenne. Allez, comme ce n'est pas vraiment fastoche, je vous donne quand même un indice : il s'agit du chanteur d'un groupe relativement connu dans les années 80 et vous avez peut-être balancé vos popotins sur les pistes de danse en écoutant leurs titres. Des candidat(e)s prêts à buzzer ?

Edit de dernière minute : Cécile vient de trouver la solution qui est Pete Burns de Dead Or Alive (vous savez : "you spin me round"). Elle a donc le droit de me demander un billet de son choix.

jeudi 19 mars 2009

Fiche de lecture


J'ai été tagguée par Madame PlumeVive pour répondre à un questionnaire sur mes comportements de lecture et les livres en général. Comme promis je m'y colle volontiers (hum ça fait 10 jours que je le lui ai dit, pô bien) et je désigne par avance deux "victimes" : Bouclette et PerdreUnePlume.
Plutôt corne ou marque-page ?
Un marque page. Je rechigne à corner un livre. J'utilise souvent un ticket de métro et quand je n'en ai pas, je fais fonctionner ma mémoire.
Lis tu dans ton bain ?
Oui, ça m'arrivait souvent avant. Maintenant moins, voire rarement. Même pas honte. Parfois c'était périlleux car le livre menaçait de tomber dans l'eau moussante (ahem).
As-tu déjà pensé à écrire un livre ?
J'écris depuis toujours ou presque. J'ai entamé une trilogie qui est rédigée aux 2/3. Par ci par là, j'écris des nouvelles plus ou moins longues. Je note des mots ou des phrases qui me viennent à l'esprit (d'où l'importance de mon petit carnet !).
Que penses-tu des séries de plusieurs tomes ?
Tout dépend du style. Si c'est de la fantasy hormis "le seigneur des anneaux ", je ne lis pas. J'ai une faiblesse pour la série des Hannibal Lecter. J'apprécie beaucoup qu'un auteur installe son univers et nous y entraîne.
As-tu un livre culte ?
1984 de George Orwell
Lestat le vampire de Anne Rice
L'Ecume des jours de Boris Vian
Tout Oscar Wilde
Aimes-tu relire ?
C'est mon pêché mignon. J'ai tendance à relire un livre plusieurs années après. 1984 est celui que je relis régulièrement et à chaque fois j'en découvre un nouvel aspect. A ce jour je l'ai lu 5 fois. Relire ne me dérange pas.
Rencontrer ou ne pas rencontrer les auteurs de livres qu’on a aimé ?
J'aurais aimé rencontré Dino Buzatti, Oscar Wilde, Richard Matheson et Philip K. Dick mais ils sont morts. Je ne cracherais pas sur une rencontre avec Stephen King et/ou Anne Rice.
Aimes-tu parler de tes lectures ?
Évidemment puisque c'est mon métier:). Tout comme j'aime faire découvrir un film, un musicien/groupe ou une série.
Comment choisis-tu tes livres ?
Je lis d'abord la quatrième de couv' pour voir si le sujet m'inspire. Ensuite je lis les premières lignes pour l'accroche. Si ça marche, si j'aime l'écriture et le style, je prends.
Une lecture inavouable ?
Pas que je sache. Il m'arrivait de lire des revues de la presse people mais ça m'est passé.
Des endroits préférés pour lire?
Le métro et le bus. J'y passe 1h30 par jour. C'est l'idéal.
Un livre idéal pour toi serait ?
Un livre qu'on ne peut refermer tant on pris par l'histoire. Un livre qui surprend sans cesse, c'est une histoire qui finalement n'est pas si linéaire et prévisible qu'on le pensait au premier abord.
Télé, jeux vidéos ou livre ?
Livres et télé (je suis accro aux bonnes séries et je regarde énormément de films)
Lire et manger ?
Ça m'est arrivé régulièrement quand j'étais étudiante et surtout au petit déjeuner mais rarement maintenant.
Lecture en musique, en silence, peu importe ?
Peu importe. Tout dépend de mon humeur.
Lire un livre électronique ?
J'ai des doutes. Ça me gonflerait vite je crois. J'aime bien les livres qui ont vécus. Je serais frustrée avec un livre électronique.
Le livre vous tombe des mains : aller jusqu’au bout ou pas ?
S'il me tombe vraiment des mains, j'abandonne. Je n'ai jamais pu terminer "Notre Dame des petites Fleurs". Souvent j'insiste et je me rends compte que la suite est prenante, alors je termine le plus souvent. Il y a également le cas des livres non terminés que je reprends plusieurs années après et que je lis alors d'une traite (comme "le Maître des illusions" de Donna Tartt). Je pense que certains livres sont écrits pour être cueillis à un moment donné : trop jeunes, vous ne les savourez pas à leur juste mesure.

mardi 17 mars 2009

Saudade

Parfois, sans raison, mon regard se fixe vers un point au delà, imaginaire, qui n'existe que pour moi. Mes yeux se voilent d'un voile de tristesse passager comme ces pluies d'été qui tombent soudainement sans raison. J'ai cette saudade dans le sang, celle que chante Cesaria Evoria. Elle est plus forte que moi. Sans raison elle me prend. Sans raison elle part aussi rapidement qu'elle est venue. Je ne puis la transcrire avec des mots alors je vais essayer de l'expliquer avec un peu d'histoire.

Jadis, mon peuple naviguait sur tous les océans. Vasco de Gama, ouvrant la porte des Indes. Magellan, le portésien. Pedro Alvarès Cabral. Henri le navigateur, prince et voyageur. Sans doute leurs fantômes reviennent hanter la Tour de Belem, le monument des découvertes, et faire entendre leur complainte dans les rues du vieux Lisbonne, quand le soleil a terminé sa course derrière les remparts du Castel Sao Jorge. Peut-être les entend t-on dans les couloirs du musée de la Marine, déambuler dans les coursives des caravelles exposées là, symbole désormais d'un passé révolu pour un pays qui se targue désormais d'être modernisé. Peut-être discutent t-ils à mi mot de leurs rêves de gloire d'antan, puisqu'ils ne sont plus que des noms dans les manuels d'histoire.

Ils ont ramené des épices, noix de muscade et clous de girofle, mais aussi de l'or. L'odeur de la cannelle, que je reconnais entre milles, me revient toujours comme un aimant, d'aussi loin que remontent mes souvenirs d'enfant. Ils ont apporté la désolation en colons orgueilleux ; dont l'orgueil a été de croire qu'ils apportaient la civilisation. Un petit peuple qui se morfond dans ses souvenirs de grandeur perdue comme un paradis inaccessible ; cette ligne d'horizon qui s'enfuit sans cesse à mesure que l'on s'approche d'elle.

Et puis il y a le fado, ce curieux chant mélange de joie et de larmes. Chant de l'exil et de la peur de l'oubli. Peuple nomade à la croisée de l'Europe et de l'Afrique. Chacun de mes compatriotes a dans sa famille quelqu'un qui est parti au loin, et moi aussi je ressens ce besoin de partir. Amalia n'est plus mais ses successeurs ont repris le flambeau dignement. Le fado ou le destin. D'aucuns pensent que ce sont les marins les premiers qui l'on entonné afin de se remémorer leur terre natale.

C'est plus que de la nostalgie, bien plus que de la mélancolie. C'est un sentiment assez étrange à expliquer pour celui qui ne vient pas de là bas. Moi j'ai forgé ma propre définition qui est celle-ci "avoir la nostalgie de quelque chose que l'on a jamais connu". Paradoxe que je vis depuis ma naissance.

Je terminerais en citant les vers du plus illustre de nos poètes, Luis de Camões :

« Tout me manquait, et le Temps et le Monde,

Quel secret si ardu et si profond !

Naître pour vivre, et manquer, pour la vie,

De tout ce que lui réserve le monde.

Ne pas pouvoir la perdre

Alors que tant de fois on l'a déjà perdue… »

Mise en place

J'en avais un peu assez de deux libellés un peu fourre-tout : "les bric-à-brac" et "De moi" qui veulent tout dire et ne rien dire, alors je les ai remplacé par deux nouveaux tags tous beaux tous neufs : le premier s'intitule "des ronds dans l'eau" et, comme son nom l'indique, il s'agira de parler choses de plus personnelles au fur et à mesure que je commence (enfin que je termine plutôt^^) ce voyage qui s'achemine vers le changement de dizaine. J'y veux à la fois parler un peu de moi mais également élargir le champs à mes racines, ma double culture. J'aime bien cette image de cailloux qu'on jette dans l'eau pour en faire des ricochets. Le deuxième libellé s'intitule désormais "tranches de vie" et traitera de choses plus légères avec à l'appui "le choc des photos" (ou des dessins selon l'humeur). Si vous le voulez bien, je continuerais à faire des ricochets en parlant de la Saudade.

lundi 16 mars 2009

En vrac 2 (comme mon estomac)

Désolée mes p'tits loups mais y a quelqu'un qui a été plus rapide que d'autres... Et non, je ne vous dirais pas qui c'est, sinon il n'y aurait plus de surprises. J'attends son papier d'un instant à l'autre et il sera en ligne comme convenu à la fin du mois. Pour la prochaine session, ce sera vers la mi-avril. Des amateurs ? (oui parce que amateuses, ça faisait trop voyeur :p).

Sinon, tout le monde s'en fout.. ou pas en fait, mais Europe XXL c'était 'achement supra bien sauf que... sauf que on a tourné 20 minutes au moins pour trouver une place (mouais parce que quand vous habitez plus à Lille même, vous êtes jamais certains d'avoir le dernier bus - ah c'était bien quand j'habitais Solférino, bien mais bruyant). Du coup on a loupé la parade. LIllustration était blindé (je repasserais pour mon baiser) et le cocktail que j'ai bu dans le premier bar était infect - un truc bleu radioactif que j'ai même pas terminé, c'est dire. Heureusement le Miss Marple a rattrapé le coup (la déco a changé si ça vous intéresse ; je préfère l'ancienne plus cosy ; et la clientèle est de plus en plus jeune : on se croirait dans une garderie). Le reste de la soirée fut plus sympa : on a écouté de la musique ; on a dansé du côté du Printemps, rue Nationale (des remixes de musiques tsiganes, c'était pêchu). J'ai pas de photo pour cause de panne. Et j'ai pas arrêté non plus de taxer du feu aux gens (oui je suis un peu pyromane sur les bords hum).

Quoi d'autre ? Ben j'ai plein d'idée d'articles mais pas le temps en ce moment (recherche plus active d'un nouveau job et sur les charbons ardents car j'attends le retour de ma skieuse :)).

Voilà pour les nouvelles du jour. Je vous rends pas l'antenne cette fois-ci puisqu'elle est à moi (ha ha) et à la personne qui va la prendre pour le second casting de la nouvelle star du blog dont vous êtes le héros (ça va, ça fait pas un peu trop voyant ma pub ?).

samedi 14 mars 2009

En vrac

Bon mes p'tits loups. Ce soir c'est relâche. Oui je vais m'encanailler un peu dans le vieux Lille après l'inauguration d'Europe XXL (non ce n'est pas un film porno ni la dernière boîte échangiste à la mode, même si nous serons quelques millions dehors, pas tous à poil, enfin j'espère) . Alors si vous voyez une petite brune à l'oeil qui pétille (c'est pas moi qui le dit) déambuler du côté du Miss Marple ou de L'Illustration avec une bande de joyeux lurons (fin' si place il y a car ils risquent d'être pris d'assaut), ben ce sera moi (dans quel état, je ne sais pas encore !)

Pour ceux qui sont intéressée par le "blog dont vous êtes le héro's Project" (ça fait tout de suite plus sérieux), je fais appel à votre contribution d'ici la fin du mois (je compte large). Celui ou celle qui est motivé(e) m'envoie la bafouille à l'adresse habituelle ma.vie.intrepide@gmail.com. Il va de soi que "premier arrivé(e), premier servi(e)". Il va de soi que je posterais un petit comm' de présentation pour clamer à toute la blogosphère pourquoi j'apprécie son bloug.

Plumevive, si tu passes par là, je ne t'oublie pas pour le tag. Mais j'ai beaucoup de pain sur la planche en ce moment... (savonneuse la planche). Et je me sens d'humeur printannière :).

A vos stylos virtuels mes p'tits loups ;-).

vendredi 13 mars 2009

Eureka Street

Il est des livres surprises dont on défait l'emballage sans même se rendre compte que les lire est un véritable cadeau.

J'ai terminé il y a peu "Eureka Street" de Robert Mac Liam Wilson. On m'en avait déjà dit beaucoup de bien auparavant ; et beaucoup de bien plus quelques mois à végéter entre les allées d'une bibliothèque silencieuse, fatalement un jour on finit par succomber après avoir longuement hésité (so many books so litte time, what can I do ?).

Pourtant j'étais sceptique aux premières pages et je ne sais pas ce qui s'est passé ensuite, je suis tombée amoureuse des personnages et des histoires, oui parce que histoires il y a. Je ne crois pas aux coups de foudre. Je crois plus aux histoires d'amour qui s'installent durablement, subrepticement, des petits riens mis à bout qui font qu'un jour on se découvre en nous ce sentiment presque tout neuf mais certainement toujours aussi beau. En l'occurrence je suis "en amour" de cet auteur irlandais. J'avais éprouvé les mêmes symptômes en découvrant Jonathan Coe.

On suit le destin pitoyable de deux anti héros. Jake avec cette interrogation récurrente : "mais pourquoi aucune femme n'est capable de s'attacher à moi ?", suivie de son corollaire "pourquoi je m'attache à celles qui ne sont pas pour moi ?". Charlie alias Chuck, plus que bedonnant trentenaire motivé par l'argent et qui va comprendre que le bonheur n'est pas là où il le croit. Ce roman serait un livre comme les autres s'il n'était inscrit dans une région à la fois sinistrée économiquement et civilement tant la lutte opposant catholiques et protestants imprime chacune des pages - Belfast en tant que cruel symbole du "bloody sunday". D'ailleurs, le chapitre le plus dur relate en quelque traits seulement toute l'ironie et l'absurdité d'une guerre séculaire. En quelques mots, quelques scènes, l'attentat de Fountain Street y est dépeint de manière quasi clinique pour mieux souligner l'horreur d'un tel acte de barbarie sournoise.

Dans ce quotidien oppressant des bombes qui éclatent régulièrement, ces petites combines pour survivre, cette bande de copains qui se retrouve régulièrement dans le même pub, on s'attache inexorablement : on les regarde vivre tout simplement. La truculence du style y est sans doute pour quelque chose, mais certainement aussi l'affection que Mc Liam Wilson voue à ses personnages de loosers.

Les dernières pages, une conclusion qu'on devine nettement, sont parmi les plus belles que j'ai lu récemment. Pas grand chose pourtant, juste le premier matin après la première nuit. Et pourtant elles sont porteuses d'un espoir. Vous l'aurez compris, je suis prête à succomber également à "Ripley Bogle" du même auteur.

mardi 10 mars 2009

Quelques notes de Bouclette dans un monde d'Intrepide

Aujourd'hui une amie m'a proposé les clés de son chez elle, un chez elle en mots, où l'on est chaque jour un peu plus nombreux à pousser la porte. Alors voilà, elle m'a laissé son gros trousseau de Passe-Partout, et aujourd'hui c'est moi qui vous reçois. Bouclette, enchantée...Madame, Monsieur (petites poignées de mains). Je vous offre un verre? un siège? Ici il y a du bon Porto et aussi du bon vin :).

Je n'ai pas spécialement d'idées, mais j'ai toujours un air dans le tête. Aussi, voici un petit portrait en clé de sol.

Je me présente, je m'appelle Bouclette, j'voudrais bien réussir ma vie en écrivant (!!!). Être belle, être intelligente (ça c'est déjà fait!:), et surtout gagner de l'argent!

Il y a quelques semaines encore, j'avais les clés du paradis, mais l'ennui c'est que j'trouve pas la porte. C'est pas grave, vous me direz, ça arrive à plein de monde, et moi j'me balance, je dégrafe les cols blancs de vos consciences. Même que quand j'ai d'la peine, j'pense aux Kurdes, aux Tchétchénes, mes problèmes, à côté c'est d'la crème.

En ce moment, mes problèmes de coeur, c'est plutôt du genre Ecoutez d'où ma peine vient, elles me disent toutes que j'ai l'air fin.

Je voudrais pas plomber l'ambiance, mais pour tout vous dire, j'ai perdu mon allégresse, à la fin de l'année passée, et je chante à perdre haleine que je n'ai que des regrets,des regrets!

"Purée Bouclette, tu nous les brises avec tes regrets! La vérité ma fille" : Yallah, si tu laisses la flamme se réveiller en toi, l'amour et la foi vont guider tes pas m'a dit Madame Boutboul au marché de Wazemmes ce dimanche matin.

Après le marché, je me suis dit que pour me remettre de mes émotions, j'irai bien prendre le large, dans une cabane au Canada, enfouie dessous les bois, où l'on verrait des écureuils sur le seuil.

Avec un peu de chance, je croiserai au détour d'une ligne de trappes Fabienne Thibeault qui, ayant un peu trop abusé sur la bouteille aurait la tête qui éclate, elle voudrait juste s'étendre sur l'asphalte et se laisser mourir.

Et là, je la consolerai : " Te bile pas Fabienne! J'ai les clés du babillard d'Intrépide, et aussi les clés du paradis, sur le grand trousseau! Ensemble on va bien trouvé une porte à ouvrir!"

Avec Fabienne, on a marché dans notre désert blanc à nous, en tirant sur l'alcool d'érable, et en chantant si fort qu'on a déclenché une avalanche. Et croyez-moi, sous les avalanche t'es pas étanche! Dans ce bac à glaces, tu cherches une place!

L'essentiel dans cette histoire comme dans la vie, c'est de ne pas perdre le Nord, quoiqu'il se passe dans la partition, même s'il y a des trémolos ou de fausses notes.

Allez, c'est pas le tout, Mesdames, Messieurs, je vais rendre les clés à notre Intrépide, en la remerciant de m'avoir donné l'opportunité de me présenter ( et de traîner avec moi Fabienne, qui abuse un peu sur la bouteille...).

lundi 9 mars 2009

Il était une fois Bouclette

Bouclette alias... Non mais ça va pas !! Je ne vous donnerais jamais son prénom (sauf si vous m'envoyez un chèque conséquent - vous rapprocher de moi via ma boîte mail dans ce cas: ;-)) . Je connais Bouclette depuis un an et demi. Forcément, elle est ma collègue et mon amie... d'ailleurs elle excelle en "retourneuse" de pommes de terre glacée :p et elle sait toujours quel vin ramener pour me faire plaisir. C'est elle qui inaugure le bal du "blog dont vous êtes le héros" avec un texte de son crû. C'est une fille drôle, jolie et intelligente dont une des qualités est de me payer des coups à boire :).
Je vous invite à aller sur son blog et je vous recommande de lire, entre autres, le périple de Lola Salvetat vers Saint Jacques de Compostelle.

Space Dementia part three

Je ne vais pas m'appesantir sur la setlist de Muse - pour ceux qui étaient sur Jupiter en 2007, le groupe a joué la majeure partie de l'album "Black Hole and Revelations" avec par ci par là, quelques bons vieux tubes de derrière les fagots, de véritables cerises sur le gâteau car ils ne les jouaient plus vraiment en public. Ils se sont dits "tiens, Intrepide est là, on va lui faire plaisir". Merci les gars, mais vous avez oublié MA CHANSON – Space Dementia. Là je crois que j'aurais pété les plombs direct et que j'aurais embrassé toute la rangée devant moi. Ben non, l'ont pas joué les salopiauds (tant mieux pour les spectateurs devant moi, ceci dit :p).

Ce que je retiens c'est l'énergie entraînante de "Starlight", "Knights of Cydonia", "Supermassive Black hole" (j'adore ces riffs de guitare lourds), "Hysteria", Apocalypse please", ou encore "Micro cuts". D'ailleurs dès le début du show, j'étais déjà debout en train de chanter (hurler) en choeur (faux au possible), ne sachant pas si je devais prendre des photos ou appeler une amie qui n'avait pas eu de places (de toutes façons, elle n'a entendu qu'un brouhaha indistinct). Des chansons énergiques entrecoupées d'accalmies comme "Feeling good", "Hoodoo" ou "Unintended" (avec tout le stade allumant son portable en guise de briquet).

Bien sûr on a eu droit à deux rappels (se sont fait quand même désirer plus d'un quart d'heure pour le premier – ah ces divas !). J'ai été émerveillée devant le spectacle aérien avec cette sublime chanson qu'est "Blackout" (pour le coup j'en ai eu un, de blackout car j'ai mis du temps à me rappeler le titre de la chanson). Et je regrette de ne pas avoir attrapé un de ces confettis qui s'échappait des ballons que l'on claquait...

J'envie celui qui a récupéré la guitare que Matthew a laissé très nonchalamment dans la travée quand il est revenu sur scène (je me demande si le budget "guitares abandonnées" était compris dans le spectacle), ou encore quand le batteur Dominic a lancé des jeux de baguette à des fans en larme ou en transe (c'est selon). Je me demande aussi qui est responsable de la garde robe du groupe (franchement Dom, tes collants verts de frelon je sais pas où tu les a piqué mais je t'en prie, de grâce, évite de les remettre pendant la prochaine tournée !). J'ai vu de plein de fouet le charisme que développe cet animal de Matthew Bellamy qui, il faut bien l'avouer, a plutôt un physique d'anglais souffreteux élevé au porridge (beurk) mais qui, une fois sur scène, occupe l'espace de manière incroyablement sexy (surtout quand il joue du piano) : j'en redeviendrais presque hétéro.... C'est simple : ON NE VOYAIT QUE LUI ! D'ailleurs il nous a fait faire la hola à plusieurs reprises et venait électriser notre côté du stade (faut dire qu'on était très chauds :)).

Je me souviens aussi que l'intensité du concert était certainement dû en partie grâce à la personne qui était à mes côtés.

Durant 3 heures et des briquettes de minutes, Madame-la-chance avait remplacée Miss poisse-caille. Quand nous sommes reparties, cette garce a repointé le bout de son museau. Au lieu des 30 minutes de l'aller, le retour dura quasiment deux heures. 55 000 personnes qui sortent d'un stade en même temps - ceux qui tentent de récupérer leur voiture ; ceux qui essaient désespérément de prendre un bus (quand celui-ci passait) ; ceux, plus nombreux, qui se retrouvent acculé(e) dans un métro parmi une foule tellement compressée que plus personne ne peut avancer ni reculer. Sur ce coup là, la RATP avait très mal goupillé sa logistique (Rentre Avec Tes Pattes). Et moi, pour me venger, j'ai piqué une pub pour la sortie du live de Archive...

Le lendemain, ce qui s'est dit restera entre elle et moi mais je compris ce jour là qu'elle ne m'aimerait jamais, même s'il me fallut encore des semaines avant de l'accepter tout à fait.

Spéciale dédicace à Marine pour les photos :)