lundi 8 décembre 2008

Frank Chasseur de fauves

Au commencement était les ancêtres. Pour situer le truc c'est le début des années 80. j'étais une préado boutonneuse et binoclarde (la totale).

Première série dont je me souvienne : « Frank chasseur de fauves » avec Bruce Boxleitner dans le rôle titre.

Frank Buck était un chasseur – mi baroudeur mi séducteur/séduisant à la manière d'un Clark Gable dans Mogambo pour le look, hormis les oreilles décollées. Comme son nom l'indique, il traînait ses guêtres en Malaisie. Le titre originel de la série est « Bring'em back alive » (merci Wikipédia) rien à voir avec la traduction donc.

Pour les plus nostalgiques du générique : un petit tour par là.

Avec le visuel c'est pas mal non plus.

J'aimais bien le héros : sympathique, toujours prêt à défendre la veuve et l'orphelin (un peu l'Indiana Jones du pauvre).

En fouillant un peu plus, j'ai noté que le Frank Buck en question a réellement existé, et a « sévi » dans les années 30 et 40.

Je me souviens surtout de la fine moustache de Bruce Boxleitner et de son chapeau colonial toujours vissé sur son crâne, de sa tenue impeccable... jusqu'à la prochaine bagarre ou au jusqu'au énième sauvetage de l'héroïne en détresse. Je me souviens vaguement d'une scène où il a failli passer cul par dessus un ravin. J'étais assez jeune à l'époque et je ne sais toujours pas si cette scène était bien tirée de cette série. Je ne me rappelle plus le visage de l'héroïne Gloria Marlowe (en détresse donc ;)) mais c'était une série sympathique comportant sa dose de suspense , d'action et d'humour.

Malgré la TNT, je n'ai pas eu l'occasion de la revoir. Sans doute a t'elle (mal) vieillie, comme toute madeleine à mes yeux d'enfant qui se gavait d'images afin de retarder le moment où j'allais reprendre le chemin de l'école.

3 Avis intrépides:

Nextw@y a dit…

Très bon blog !

Articles intelligents et bien écrit !

Bravo et amitiés !

Nextw@y a dit…

Très bon blog et très bien écrit !

Bravo et amitiés !

Nextw@y

ma vie intrepide a dit…

Merci je sens que je vais rougir (non c'est déjà fait...)