mercredi 10 décembre 2008

Monsieur G.

Je m'en doutais que vous finiriez sur le net. Vous étiez déjà en avance quand j'usais mes fonds de jeans à la fac. Je suis tombée par hasard (mon oeil) sur votre blog et je me suis demandée pendant un long moment si j'allais vous laisser un commentaire mais je n'ai pas osé - c'est bête. Aussi je profite de mon espace privé pour vous témoigner mon admiration.

Vous étiez anticonformiste dans votre façon de vous habiller et surtout dans votre façon d'enseigner car elle était à l'opposé de vos collègues. Chaque cours était un moment attendu parce que différent, excitant, original. Vous aviez votre fan club et je soupçonne mes consoeurs d'avoir été secrètement amoureuses de vous. Il faut dire que votre look anglais atypique et votre charme agissaient aussi assurément que les hormones en folie d'une douzaine de filles tout juste sorties de l'adolescence.

Ce qui me fascinait chez vous, je l'avoue aujourd'hui, étaient votre immense culture et votre intelligence aiguë, que vous ne les mettiez jamais en avant. Vous vous en serviez comme instruments afin d'éveiller nos jeunes esprits. Votre nom m'évoque irrésistiblement les Monty Python et s'il y a bien un mot dont je n'oublierais jamais le sens c'est ""pattern" , comme le modèle de la chemise que je portais ce jour là.

Encore maintenant, je pense parfois à vous, Monsieur G., et je constate que d'une certaine manière vous m'avez influencé.

Pour cela et toutes ces choses je vous dis merci Monsieur G.

0 Avis intrépides: