mercredi 14 janvier 2009

Je ne sais pas

Je ne sais pas si j'aurais fait une bonne mère. Je sais qu'il est trop tard et que le temps a passé, que maintenant je suis à l'aube de mes quarante ans. Tic-tac fait l'horloge, en me narguant. A ceux qui me reprennent en me disant que je peux l'être encore, qu'il est bien encore assez tôt, je leur réponds que je ne suis pas égoïste pour en avoir aussi tard... et puis un enfant ça se décide à deux et je n'ai pas trouvé cet être avec qui j'aurais aimé sauter le pas.

J'aurais sans doute été une mère inquiète, toujours sur le qui vive, me levant la nuit pour écouter la respiration du nourrisson ; j'aurais été attentive au moindre bouton, à la moindre chaleur sur le front, à la moindre écorchure ; je me serais retournée toutes les 10 secondes afin de vérifier si mon enfant est toujours là lorsque nous aurions fait nos courses dans ce supermarché. J'aurais été tant de choses encore....

Je ne saurais jamais si j'aurais pu être une bonne mère. Mais en tous les cas, je sais que je suis une bonne personne. Ce n'est pas si mal que ça après tout.

7 Avis intrépides:

Marine a dit…

Voilà le dessin choisi!

http://img229.imageshack.us/my.php?image=hirondellelc1.png

Ce que tu dis me touche. Je sais, je n'ai que 18 ans (bientôt 19) mais je pense souvent à "est-ce que j'aurai un enfant au "bon" moment?". Trop tôt, trop tard, difficile de savoir... Je pense que je préfèrerais encore en avoir un maintenant, avec l'homme que j'aime et que je veux épouser, plutôt que d'attendre trop et de perdre mes chances. Mais ça serait de la folie de faire ça au tout début de mes études :D

Marine a dit…

Je pense aussi que je ne regretterai pas, ça fait bien deux ans que ce motif me court après ;)
Après, je suis en panique parce que c'est dans ma nature, je n'ose même pas imaginer le jour J!

Sebastien a dit…

Je m'incruste dans les commentaires pour Marine : Très bon choix ! Enfin je ne suis pas neutre, je n'aimais pas les dés ^^

@ M : Ce n'est pas de l'égoïsme que d'avoir envie d'un enfant. C'est un désir de femme tout à fait naturel, c'est dans les genes. L'égoïsme serait de chercher à avoir un enfant peut importe les moyens, sans se soucier réellement de lui ensuite, comme un petit gadget avec lequel on s'amuse 1 ou 2 ans. De toute évidence tu peux être une mère aimante, et une fois écartés les risques avec l'avis d'un bon medecin/gynéco, l'age n'entrera alors en compte que pour le coté moral et "on dit" franchement négligeable.
Je pense qu'il n'y à pas d'age pour avoir un enfant (à côté de tout ce qui est inhérent à la santé)du moment qu'on lui apporte l'amour et l'éducation suffisante. L'age n'importe alors que peu.
Après, se pose le problème de la personne que tu n'as pas trouvé, mais ça c'est vrai que c'est de loin le plus dur à avoir... et il n'y à pas de remèdes miracles ! Tu finiras par trouver "Le" :)

Guillaume Morin a dit…

de nos jours, il est difficile de trouver quelqu'un. Dans un sens "trouver" quelqu'un est facile mais c'est souvent pas sérieux et peu productif. Sa moitié, elle, ressemble parfois à une croisade. Faire un enfant résulte de tout ceci, il faut sa moitié. Notre société matérialiste, égoiste et hédoniste fait que les sentiments, le coeur et l'altruisme sont souvent absent chez les hommes (et femmes aussi). Il faut croire en l'amour, meme si c pas tout les jours facile ! J'aimerais dire également que toutes les femmes peuvent etre de bonne mere, il suffit de croire en soi ;)

Pour finir notre société a aussi évolué : les familles monoparentales et la procréation médicalement assistée sont maintenant acceptée par l'opinion publique et sont monnaie courante. Il est jamais trop tard pour un désir d enfant si celui ci est réellement désiré :)

NOTA BENE : (oua j'arrive a écrire malgré ma crève lol)

ma vie intrepide a dit…

Je voulais éviter de répondre car c'est quelque chose qui me touche parfois (j'y pense de tant à autres) même si j'en ai fait le deuil (c'est terrible de dire ça je sais) et donc :

@ Marine : j'ai cru trouver cette personne mais aujourd'hui je sais que c'aurait été une erreur de penser que quelque chose aurait pu être construit (à tous les niveaux)

@ Sébastien : même si je suis quelqu'un d'ouvert, de ce côté je reste "vieux jeu" car je ne conçois pas d'avoir et d'élever un enfant toute seule. C'est là où je dis que c'est égoïste. Après il y a les aléas de la vie (séparation etc) mais ceci est une autre histoire.

@ Guillaume "l'enmicrobé" : je sais bien que la société évolue (tant mieux) mais ceci est devenu par la force des choses un choix. Je me dis que si je trouve ma moitié, il me reste encore la possibilité d'adopter.

Et pour conclure, la situation est plus compliquée qu'il n'y paraît et j'y viendrais... peut-être :).

Anonyme a dit…

J'ai 50 ans, maman à 21 ans,puis une seconde fois à 30 ans. Je me demande souvent encore si je suis une bonne mère...Ma fille a 19 ans et est étudiante en supérieure...La vie a fait que j'ai élevé mes enfants seule, je ne le regrette pas...mais sans doute leur manquera t-il tjs qque chose....
Je ne suis pas d'accord que toutes les femmes peuvent être une "bonne mère"...j'ai grandi (très peu) dans un home pour enfants...abandonnée par ma mère; pour être parents,père ou mère, il faut souvent faire abstraction de ses propres envies, oublier l'égoïsme inné propre à l'humain...Mon fils 28 ans, ayant vu ce qu'était "ma vie", me dit souvent "t'es pas prête d'être grand mère, j'ai envie de m'amuser quand je rentre du boulot..." et ...j'admire son égoïsme avoué...L'essentiel à mon sens, c'est d'assumer, et dans ta situation, chère Martienne, assumer tonabsence de maternité...tu t'imagines avec un marmouset tout vert??
La vie n'est pas souvent facile...Bon courage à toi et ...continue d'écrire,j'adore tes billets souvent interrogateurs, toujours avec une touche d'humour...Bise,à bientôt

ma vie intrepide a dit…

Merci d'être passée anonyme (mais pas tant que ça). Tes propos me touchent. C'est une question que je me pose (encore) de temps à autre. Cette absence de maternité, comme tu le dis si bien, est quelque chose que j'assume... mais parfois on s'interroge.