dimanche 10 avril 2011

Instantanés

Quelques clichés archivés dans ma mémoire au fur et à mesure que cette semaine s'est écoulée. Deux ou trois instantanés pour fixer des moments marquants et d'autres, amusants. 
 - Une femme prostrée sur le pont que j'emprunte chaque jour. Un ado affolé qui m'arrête dans mon élan, afin de savoir si j'ai un téléphone pour appeler les pompiers. La femme se réveille finalement et nous voilà tous les deux soulagés. 
- Un clone de Justin Bieber, la mèche savamment projetée en arrière, rageuse ou dédaigneuse - je ne sais guère. Je le croise le matin, puis le soir. Comme si tous les clones de Justin Bieber s'étaient donnés le mot. 
- Mon bar de prédilection. Je m'avance pour dire bonjour au patron lorsque deux espagnols me demandent si je « habla espanol ? ». Je leur réponds aussitôt en portugais, me ravise, non, je ne « habla pas espanol » car, après tout, "personne n'est parfait"
- Près de ma table, j'entends toutes les conversations, animées ou non. Même si je suis plongée dans ma lecture, je suis une véritable éponge qui absorbe tout ce qui l'entoure. Je croise de temps à autre une demoiselle qui semble aussi solitaire que moi. Ecrit-elle sur un carnet qui ressemble au mien ? Non, elle dessine d'une main machinale. A ma droite, deux fils de « bonne famille » qui éclusent consciencieusement leur demi pression. « Maintenant je passe aux choses sérieuses » dit l'un en désignant la table près du bar, là où se sont installées trois étrangères. « Après, j'attaque. D'abord la moche, ensuite la belle, puis la bonnasse ». Consternant. 
- Un peu plus tard dans la soirée, deux jeunes filles s'installent à la table qu'ont laissé vacante les deux fils de bonne famille. Elles regardent la serveuse, qui est bien jolie, et piquent un fard, troublées mais aussi l'air appréciateur. Je souris. Bien plus tard, je leur parlerais dans la soirée. C'est l'un des avantages appréciables de ce bar. J'aurais aussi la confirmation de ce que je sentais
- Voilà, on y est, à ce bien plus tard dans la soirée. Je fume tranquillement ma cigarette au dehors. Il fait doux. Le vieux Lille est animé. Certains sortent avec leur bière et leur clope. Les deux filles viennent de payer leur consommation, me lancent une « bonne soirée » en passant devant moi puis se retournent pour m'inviter à les rejoindre au « Coming Out ». Décidémment, la nuit est très très ga(ie)y.


Drôle de semaine en vérité...






5 Avis intrépides:

AMF a dit…

Y'a des semaines comme ça... mais parfois, elles refilent un goût "fadasse" aux autres ! Profite !

boubou a dit…

J'aime bien ces petits instantanés!
PS : en espganol il faut dire :"no hablo español"

Plume a dit…

Tu ne t'ennuies pas ;)

Bonne semaine alors !

Pop's a dit…

Comme quoi fumer parfois ne nuit pas !

ma vie intrepide a dit…

@ AMF : je crois que je vais vivre/vis une belle année. Alors je profite.

@ Boubou : merci pour la leçon d'espagnol.

@ Plume : pas le temps de m'ennuyer, non.

@ Pop's : la suite de l'histoire ne dit pas que j'ai finalement décliné l'invitation mais chut... d'autres choses arrivent, enfin je l'espère.